Mon parcours

Diagnostic : de l’insémination artificielle à la FIV (c’est une longue histoire…)

L’insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC) recommandée

Le 19 décembre 2017, lors du rdv de bilan avec mon gynéco, nous apprenons donc que Super chéri n’a pas assez de zozos et que le taux de zozos « atypiques » est trop important. Il faut donc faire le tri des zozos pour avoir un bébé ! Il nous recommande de faire une insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC). Il aurait pu la faire dans son cabinet mais notre cas nécessite une « préparation » (tri) donc nous devons passer par un centre de PMA qui le propose, soit dans un hôpital public soit dans une clinique privée.

super fivette triste realite desespoir peurJe m’inquiète tout de suite du délai d’attente pour avoir un rdv… La réponse du gynéco : « soit vous avez de l’argent et vous allez dans une clinique privée pour avoir un rendez-vous rapidement soit vous faites comme tout le monde, vous allez dans un hôpital public et vous attendez votre tour, vous faites la queue… ». Je suis choquée, peinée d’entendre ces mots même si nous en sommes tous bien conscients. Quand on y fait face, pour fonder sa famille, c’est douloureux… Nous devons donc « acheter » notre futur bébé, choisir de payer ou non pour devenir parents ? Payer pour ne pas connaître une attente douloureuse ? Sans avoir une idée du prix évidemment… Le gynéco nous conseille plusieurs hôpitaux dans le public et une clinique privée (Antony). Nous repartons le moral dans les chaussettes…

Dès le lendemain : mission prise de rdv pour Super Fivette !

Le 20 décembre, les yeux embués et la gorge nouée d’avoir trop pleuré la veille et pendant la nuit, je commence à appeler les hôpitaux publics pour prendre un premier rendez-vous en consultation de PMA. Je ne vous raconte même pas la galère pour avoir quelqu’un au bout du fil… Le nombre d’appels que j’ai dû passer, toute la journée… Et quand j’ai enfin quelqu’un en ligne, je n’ai pas forcément un accueil aimable. Le centre de PMA de Créteil, le plus proche de chez nous, me propose un rendez-vous le 3 mai 2018. Ma gorge se serre, des larmes coulent sur mes joues, en silence. Je m’étonne : « Quoi ? Le premier rendez-vous disponible n’est que dans 5 mois ? ». 5 mois soit une éternité dans mon esprit. Je prends le rdv en espérant en trouver un plus rapidement…

super fivette desespoir attente tristesseDeuxième appel, à l’hôpital de Clamart, première question posée par la secrétaire : « vous avez bien fait des fausses couches à répétition ? ». Non Madame, je ne peux pas tomber enceinte, donc je ne risque pas de faire une fausse couche… Elle m’explique comment procéder : elle va m’envoyer par courrier un dossier à compléter et à renvoyer au centre de PMA. Ce dossier sera ensuite étudié lors d’une commission qui décidera, si oui ou non, nous pouvons être suivis dans ce centre. Ensuite, je recevrai la réponse par courrier et je pourrai alors prendre notre premier rendez-vous de consultation en PMA… Je n’ai jamais reçu ce fameux dossier. Je me suis écroulée après cet appel mais heureusement, ma Super collègue E., qui a connu un parcours très difficile avant d’avoir sa petite fille, est venue à ma rescousse… en me recommandant le centre de Poissy (78). Loin de chez nous (64 km) mais tant pis, nous ferons ce qu’il faut pour avoir notre bébé. Bingo… rendez-vous le 7 février 2018. Soit moins de 2 mois d’attente. Un délai bien plus acceptable ! Merci encore E. pour tes conseils précieux et ton soutien.

Encore une mauvaise nouvelle… courrier d’annulation et de report de notre rdv à Poissy

super fivette pma dépriméeJ’ai passé un mois de janvier 2018 très compliqué. Je n’avais pas le moral du tout malgré le rdv prévu en février. Je me sentais très seule, déprimée, « au fond du trou », avec des idées noires (« on n’y arrivera peut-être jamais », « pourquoi nous ? » encore et toujours cette question, « peut-être que je ne devrais pas devenir maman, c’est peut-être le signe que je ne peux pas être une bonne mère » etc…). Je n’ai pas fait grand chose, pas vu beaucoup mes ami(e)s… Des larmes, des larmes et encore des larmes. D’ailleurs, Super chéri s’inquiète de mon état et essaie, comme toujours, d’être optimiste, de me rassurer. Avec du recul, je pense qu’il me fallait ce temps, pour accepter, avancer malgré tout, essayer de relativiser… Super chéri ne comprenait pas forcément ma façon de réagir. Nous sommes tellement différents les femmes et les hommes… mais heureusement, depuis le début, Super chéri et moi sommes soudés.

super fivette pma choquee peur desespereeLe 27 janvier, nous recevons un courrier de l’hôpital de Poissy qui annule notre rendez-vous du 7 février et nous propose un autre rendez-vous le lundi 12 février. Date à laquelle nous sommes indisponibles puisqu’en vacances à Londres (un grand besoin de nous changer les idées). Je suis atterrée par leur façon de faire, par le système. Pourquoi ne pas nous appeler ? Pourquoi nous envoyer un courrier et nous proposer une nouvelle date sans s’assurer de notre disponibilité ? Encore une claque… Quand j’appelle Poissy pour demander un autre rdv, on me propose le 14 mars. 6 semaines de plus à attendre. Je leur dis que c’est trop long et la secrétaire me balance : « vous n’avez qu’à vous libérer le 12 février. Ce n’est pas de notre faute si vous n’êtes pas là ». Sans commentaire… Si je n’avais pas été en train de pleurer je l’aurais probablement insultée…

Une décision s’impose : prendre rdv à Antony, une clinique privée

super fivette pma espoir confianceLe 30 janvier, nous décidons de prendre rdv à Antony. Nous ne pouvons pas attendre encore jusqu’au 14 mars, nous voulons que les choses avancent désormais. Super chéri ne supporte pas de me voir aussi mal… Surprise : j’obtiens un rdv pour le 2 février ! Ascenseur émotionnel bonjour… Le gynéco qui nous reçoit semble jeune, il ne sait même pas pourquoi on consulte… Il regarde nos résultats, s’absente quelques minutes et reviens pour nous confirmer que selon lui il faut bien faire une IAC. Il me dit qu’on fera un premier essai en avril, qu’il va m’envoyer l’ordonnance pour la stimulation ovarienne par email. Il nous prescrit les sérologies à faire (nous faisons les prises de sang directement en sortant du rdv au laboratoire d’Antony) et il prescrit un nouveau spermogramme à faire dans ce même laboratoire, pour vérifier si l’arrêt du tabac a eu des effets sur les résultats (bravo Super chéri pour cette décision !). Tout cela nous paraît presque trop facile… Mais nous redonne beaucoup d’espoir. Je suis rassurée et confiante. Je me dis que nous pouvons partir apaisés à Londres et profiter de cette escapade en amoureux avant de nous lancer… Nous passons d’ailleurs un superbe séjour.

Le 5 mars, Super chéri a rdv pour son nouveau spermogramme au laboratoire d’Antony. On lui dit alors que d’après ses premiers résultats de spermogramme, ce n’est pas sûr que l’insémination artificielle soit la technique la plus adaptée… Le gynéco n’est pas seul à décider du protocole. Je stresse énormément et fais des recherches sur internet et me rends compte qu’effectivement, il n’y a à priori pas assez de zozos pour faire une insémination…

Le 7 mars, nous recevons les résultats du nouveau spermogramme qui ne sont pas terribles… J’envoie un email au gynéco pour savoir ce qu’il en pense. Les 8 et 9 mars, j’appelle le secrétariat à plusieurs reprises, n’ayant aucune nouvelle… Je suis stressée, j’ai une boule au ventre et un mauvais pressentiment. Le 9 mars, à 16h30, je reçois une réponse par email :

« J’ai pris connaissance ce matin du spermogramme de votre conjoint et je suis d’accord avec ma collègue du laboratoire. Il me semble préférable que vous ayez un rdv en PMA dans un centre faisant de la FIV, ce n’est pas le cas à Antony. Je vous conseille de prendre rdv avec Docteur X à Vitry ».

super fivette pma triste déprimée désespéréeComment vous expliquer mon état à la lecture de ce mail ? Je me suis effondrée, au bureau, devant mes collègues qui m’ont, une fois de plus, ramassée à la petite cuillère… Le mot FIV, « fécondation in vitro », tout ce que je redoutais, fait son apparition… J’ai ressenti comme un coup de poignard dans le ventre… Une peur immense, indescriptible… Après l’espoir, le désespoir. Le vide. La peur de ne jamais être mère.

Je reprends mes esprits grâce à mes Supers collègues et appelle immédiatement  le secrétariat de Vitry pour prendre rdv. Je tombe sur quelqu’un d’adorable, pour une fois… Le premier rdv disponible est le… 5 juin. La secrétaire me conseille de la rappeler régulièrement au cas où un rdv se libérerait (Je tiens à préciser que quelques semaines plus tard, elle m’a appelée pour me proposer un rdv plus tôt ! Incroyable… Je l’ai remerciée chaleureusement mais j’étais déjà suivie à Poissy). Elle sent mon désarroi je pense et devine mes larmes… Une fois de plus, tout s’effondre autour de moi. Tout le monde nous disait qu’on avait juste besoin d’un « coup de pouce » avec l’insémination et finalement cela s’avère bien plus compliqué que ça…

Super chéri est mal lui aussi, il est vraiment perturbé par ces rebondissements, il ne sait plusuper fivette pma amours en qui avoir confiance… Ce soir-là nous allons au restaurant tous les deux pour nous changer les idées, nous rions beaucoup, buvons du vin blanc, imaginons notre avenir… Super chéri a toujours été mon roc. Qu’est-ce que je l’aime ! Il croit en nous. Il sait qu’on va y arriver, surmonter cette épreuve, ensemble.

Le 14 mars, rdv à Poissy pour retrouver de l’espoir et avancer

Je ne me sens pas la force d’attendre le rdv du 5 juin. Nous décidons d’aller au rdv à Poissy, que je n’avais pas encore annulé (heureusement !). Le 12 mars je vois mon médecin généraliste qui me connaît depuis bébé pour en parler avec elle. Je vais mal, elle m’arrête une semaine. Elle n’est pas rassurante, elle est cash : « tu vas sûrement grossir, subir un traitement difficile, connaître un ou des échecs mais tu y arriveras finalement » elle évoque même le don de sperme… Ce qui m’effraie et effraie Super chéri… Elle me dit de venir la voir pour être arrêtée lors du protocole, pour le vivre plus sereinement.

Le 14 mars, premier rdv à Poissy. Je n’ai pas dormi de la nuit. Le rdv se passe très bien, nous avons tous les deux une très bonne impression sur la gynéco qui nous reçoit. Elle est très à l’écoute et explique très bien les choses. Elle sent mon stress. Selon les résultats, elle recommande la FIV et peut-être la FIV ICSI. Certains médecins pourraient d’abord tenter l’insémination car nous sommes jeunes mais elle n’y croit pas et ne veut pas nous faire perdre de temps car le parcours de pma est déjà assez difficile comme ça. Nous comprenons mieux ce qui s’est passé à Antony (le diagnostic et la recommandation mais pas leur façon de faire…). Pas besoin de recours à un donneur de sperme, les résultats des spermogrammes ne sont pas si mauvais. Elle est optimiste quant à notre csuper fivette pma rassuree espoiras. Elle pense que j’aurai un traitement avec un dosage limité pour la stimulation ovarienne ce qui est rassurant. Elle nous prescrit d’autres examens. Je prends tout de suite deux autres rdv, un en avril et un en mai, au cas où. Nous reviendrons avec l’ensemble des résultats pour qu’elle choisisse le meilleur protocole pour notre première tentative de FIV, avant l’été.

Espoir, confiance, paix… mais aussi crainte, peur, stress, appréhension… Tout ce que je ressens après ce premier rdv. Encore et toujours les montagnes russes. Mais l’horizon est tout d’un coup beaucoup plus clair. Et nous avançons enfin…

20 réflexions au sujet de “Diagnostic : de l’insémination artificielle à la FIV (c’est une longue histoire…)”

    1. Il faut y croire ! Dans certains cas, l’insémination est la meilleure solution ou du moins peut fonctionner… Pour nous ce n’était vraiment pas le cas d’après l’avis général… Mais dis-toi que ça ne fonctionnera pas forcément du 1er coup (vrai aussi bien pour les inséminations que les fiv d’après ce que je peux voir). Courage !!! Qui ne tente rien n’a rien.

      J'aime

      1. Je ne pense pas que ça fonctionne du 1er coup ou du moins je ne me fais pas d’idée pour éviter les déceptions.

        J'aime

      2. C’est là toute la difficulté du parcours de pma… y croire assez et être optimiste tout en étant réaliste pour ne pas trop être déçue en cas d’échec… c’est difficile…

        J'aime

  1. Ton histoire fait vraiment écho à la mienne … Premier spermo catastrophique en janvier, j’étais tellement mal! Heureusement j’avais déjà pris un rdv chez une gynéco PMA depuis deux mois dc on l’a vue rapidement après les résultats. Mais ça a été très dur d’accepter qu’on aurait probablement jamais d’enfants naturellement …

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est très dur à accepter c’est vrai… on a un schéma tellement classique en tête, on fera l’amour pendant l’ovulation et je tomberai enceinte… On ne s’imagine pas que ça peut être beaucoup plus compliqué que ça… Et beaucoup de sentiments se mélangent : culpabilité, injustice, colère, désespoir… Quand on avance dans notre parcours finalement on se dit que peu importe le moyen, l’important est le résultat… Notre futur bébé, qu’on aime déjà, qui est tellement désiré !!! La PMA nous donnera ce bonheur ! Courage il faut y croire

      Aimé par 1 personne

  2. Ne pas perdre courage,mes bb icsettes ( fiv icsi ) rentrent au lycée pour les jumelles et au collège pour ma dernière !
    A mon époque,il y avait la possibilité des RV « public » pour faire avancer plus vite !!!
    Pour nous découverte du problème en février,et premier RV PMA en juin, batterie de test sur tout l été,RV avec urologue,le médecin du labo et le gynéco en sept mon mari ayant une cryptozoospermie ( la bonne blague du gynéco de PMA qui nous explique qu avec son pote du labo ils ont inventé le terme pour les zozos qui sont très peu nombreux et en plus qui se planquent 😉), décembre début du protocole et en janvier je suis enceinte !!! De jumelles ( elles ont 15 ans bientôt)
    J ai appris à être disponible,a vivre au rythme des montagnes russes de mes émotions,a ne pas me faire d illusions et fait une croix ( grosse croix ) sur ma pudeur !!!
    Pour accélérer la prise de RV on nous proposait des RV public ou étaient conviés tous les étudiants….. Du coup les pattes en l air pour une écho endo vaginale avec 15 gars en face et la porte ouverte …..bref avoir envie d un bb ça rend parfois un peu dingue .
    Bon courage a toute et on croise les doigts pour de beaux+++++

    J'aime

    1. Oh merci beaucoup pour ce témoignage qui donne de l’espoir et de l’énergie !!! Il faut en effet vivre au rythme de la PMA, accepter toutes nos émotions et avancer avec espoir ! Vous êtes bien courageuse d’avoir accepté ces rdv publics ! Il faut bien que les médecins apprennent. Merci pour vos encouragements 🙂

      J'aime

  3. Le couple dans tout ça il faut aussi y penser pour ma part mon mari avait environ 2 a 6 spermatozoïdes fécondant par éjaculat !!! plus de 4 mois a se rendre régulièrement au centre PMA pour essayer d avoir une pipette au congélo au cas où le jour J on ne trouve rien en frais !!! Si c est dur pour nous ! Les hommes le vivent encore plus mal! L incapacité a procréer chez eux touche a la virilité !!! Même si mon mari a été conscient des efforts physiques et émotionnels que j ai vécu,cela reste très castrateur comme sensation pour lui il a fallu du temps pour accepter !
    Il y aura encore plein de moments dans votre vie où il y aura besoin de faire un deuil!
    Le deuil de faire un bb comme tout le monde est violent et malheureusement je ne peux pas vous dire qu on renonce un jour !!! Pour ma part l urologue nous avait dit qu on avait plus de chance de gagner au Loto que d avoir un bb naturellement mais durant ces 12 dernières années je peux vous assurer que je n’ ai pu m empêcher d espérer au moindre retard de règles ( je n’ ai aucune contraception) .
    Il y a tout cet espoir qui nous fait rager,pleurer,désespérer chaque mois ….. Ça ne passe pas !
    Enfin si aujourd’hui et depuis quelques années lol j ai fait le deuil de la maternité tout court 😃a bientôt 45 ans je suis passée a autre chose !
    Je ne regrette pas mon parcours PMA,les jumelles sont arrivées du premier coup,un vrai coup de tonnerre dans nos vies et après plusieurs années pour donner une petite sœur au jujus,fausses couches,perte du jumeau de ma louloute et enfin ma petite dernière dans mes bras !!!
    Courage les filles ça vaut le coup !
    Être maman par fiv,IAD,iac ou adoption c est juste le chemin on est maman et c est ce qui compte

    J'aime

    1. Oui c’est vrai que c’est difficile aussi pour les hommes ! Ils le vivent différemment, ne s’expriment pas toujours autant que nous les femmes… mais ils souffrent aussi de la situation… je suis d’accord il faut protéger son couple, rester soudés, accepter la situation ensemble et avancer ensemble vers le bonheur de devenir parents ! Oui hélas des deuils on en connaîtra d’autres… merci pour votre témoignage qui donne du courage de l’espoir et de la force !!

      J'aime

  4. Bonjour les filles,
    je suis tres emue de laisser ce post, apres en avoir lu des centaines au cours des annees… notre FIV miracle, dernier oeuf d une ponction de 13, est nee le 13 juillet dernier. Ce parcours du combattant est incomprehensible pour les non inities, alors partagez, partagez entre vous encore et encore, soutenez vous et restez fortes et confiantes, il faut aller au bout de votre chemin de croix en continuant a vivre ! Gardez espoir! Dispo pour echanger sur notre parcours, n hesitez pas…
    Je vous.envoie mes meilleures pensees!
    Caro, jeune maman de 40 ans, Nico papa au top, et Juliette

    J'aime

      1. C est moi qui vous remercie de pouvoir à mon tour participer à la chaîne de l espoir!
        J ai hâte de lire de vos nouvelles. Tous mes voeux vous accompagnent.
        Caroline

        Aimé par 1 personne

      2. C est moi qui vous remercie de pouvoir à mon tour participer à la chaîne de l espoir!
        J ai hâte de lire de vos nouvelles. Tous mes voeux vous accompagnent.
        Caroline

        Aimé par 1 personne

  5. coucou je découvre tonnparcours et tes emotions et je le retrouve.
    meme delai d attente , montagnes russes des emotions. aujourd’hui je suis au plus bas de mon moral:
    nous aussi oats servere a modéré tres peu de chances que les IAC fonctionne mais on habite au canada maintenant et 1 seule fiv coute 15 000$ (et oui apparament avoir un bebé ca s achete..)
    on a donc debuté une IAC en juillet qui contre toute attente a ete positive, tres dure a realiser , on etait sur la reserve car on y croyait pas mais malgré nous ac les semaines qui passaient on se projettait et pensait que la roue avait tourné malheureusement cette semaine a l echo des 7 semaines, le coeur ne bas pas .. je suis en attente de curetage car les médicaments n ont pas fonctionné magre toute la douleur physique et émotionnel.. nous allons pouvoir reprendre .. dans 3 mois .. iac ou fiv nous verrons l avis des medecins..
    bon courage dans ton parcours et je te souhaite un beau bebe tres vite.

    J'aime

  6. Une histoire avec ses hauts et ses bas. Je m’y retrouve. Nous sommes toujours dans le combat. Et j’espère également le gagner. Et lire tes articles me fait du bien. Merci pour ton courage.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.