Mon parcours

1ère FIV ICSI, de l’ordonnance au transfert d’un embryon J2 « top qualité »

Appréhension, doutes… puis motivation et espoir pour notre 1er essai de FIV !

Je ne vous cache pas que plus notre second rendez-vous au centre de PMA approchait et plus j’appréhendais… Je stressais à l’idée de mal vivre le traitement de stimulation ovarienne, j’avais peur de grossir à cause des injections, qu’elles soient douloureuses, de ne pas réussir à me les faire toute seule… Je redoutais aussi ma réponse au traitement, j’avais peur de la ponction, de l’éventualité de ne pas pouvoir faire le transfert à cause d’une possible hyperstimulation… Et j’avais bien entendu peur de l’échec et de ma réaction face à cet échec éventuel. Vous l’aurez compris, j’avais peur de tout ! Même si j’essayais de ne pas trop le montrer…

pma fiv stress apprehension peurJ’ai même voulu reporter ce premier essai à septembre, j’en ai parlé à Super chéri, en lui disant « je serai peut-être plus zen après les vacances, moins stressée, dans de meilleures conditions pour que ça fonctionne… ». Je lui ai aussi dit qu’en cas d’échec j’avais peur d’être trop mal pour mon anniversaire, pour son anniversaire (30 ans) qu’on avait prévu de fêter avec la famille et les ami(e)s… Mais il a tout de suite refusé (je le remercie aujourd’hui), il m’a rappelé qu’on attendait ça depuis longtemps et que reculer la date n’était pas une solution mais juste une sorte de fuite… Il m’a rassurée, « c’est normal d’avoir peur mais il faut se lancer ». Il avait raison et je le savais alors je me suis ressaisie, j’ai pris mon courage à deux mains pour vivre cette première tentative de FIV le plus « sereinement » possible.

1ère FIV, c’est parti, on y croit !

espoir pma fiv fecondation in vitro grossesse bebeLe 16 mai, nous avons eu notre second rendez-vous à Poissy, après avoir fait tous les examens complémentaires prescrits lors du rdv de mars. J’étais stressée et impatiente à la fois. La gynéco a pris le temps de bien m’expliquer le protocole mais j’avais quand même l’impression de ne rien comprendre… D’ailleurs, sur le chemin du retour j’ai immédiatement envoyé une photo de l’ordonnance avec mon traitement à ma Super S., ma « guide PMA » connue sur un groupe de discussion sur facebook, qui m’a éclairée et m’a rassurée. Vraiment, une fois de plus, notre discussion m’a reboostée, merci encore ! Même dans les moments stressants, Super S. sait me faire rire et positiver !

Nous sommes allés à la pharmacie en rentrant chez nous et avons alors réalisé que nous avions de la chance de bénéficier d’une prise en charge à 100% vu le coût du traitement… environ 1500 euros si mes souvenirs sont bons (voire plus). Une fois rentrés à la maison, nous avons rangé une partie du traitement au réfrigérateur et l’autre dans notre armoire à pharmacie. Cela est étrange d’ouvrir son frigo et de voir ce traitement à chaque fois…

Dès le début du traitement, le 7 juin 2018, je suis pleine d’espoir et positive!

Le 7 juin, à JRP 21 (j21 des règles précédentes) j’ai commencé mon traitement de Provames, des comprimés par voie orale (pour optimiser la réponse à la stimulation ovarienne et préparer l’endomètre à l’implantation embryonnaire). J’étais un peu stressée, impatiente, j’avais du mal à réaliser qu’on y était enfin, que les choses sérieuses commençaient… Ce traitement m’a donné de fortes nausées pendant 2/3 jours. Mais c’est vite passé.

Le 11 juin, j’ai eu mes règles avec 5 jours d’avance. J’ai donc appelé le secrétariat pour leur signaler et attendre leurs consignes. (« Bonjour, je vous appelle car j’ai mes règles! » petite dédicasse à ma Super S. car on a beaucoup rigolé avec ça…). Cela pouvait changer la suite du traitement… En effet, normalement, je devais avoir mes règles le 16 juin et arrêter le provames le mardi suivant, donc le mardi 19 juin. Mais j’ai eu mes règles lundi 11 juin donc je ne savais pas si je devais arrêter le provames le mardi 12 juin. On m’a dit de continuer provames jusqu’au 19 juin comme prévu initialement et de commencer les injections de Gonal F 900 (125 UI) le vendredi 22 juin, comme prévu également.

Quand j’ai eu la PMA j’ai aussi appris que notre dossier n’était pas encore passé en commission… Pourtant, notre dernier rdv remontait au 16 mai… La commission étudie tous les dossiers et valide les protocoles et traitements choisis. Il y avait eu du retard et notre dossier n’avait toujours pas été étudié alors que j’avais déjà commencé mon traitement… ça m’a stressée ! Du coup, on m’a dit qu’une commission d’urgence allait s’occuper de notre dossier le lendemain… Ce qui a été fait le surlendemain.

Finalement, la commission hésitant entre la FIV classique et la FIV ICSI* pour optimiser nos chances de réussite, en raison des résultats de spermogrammes trop fluctuants, nous avons dû compléter notre dossier, au cas où (et heureusement car le jour J c’est la FIV ICSI qui a été choisie au vu de la « récolte »). Nous sommes donc allés à Poissy en urgence le jeudi 14 juin pour faire nos prises de sang pour les caryotypes et avons obtenu un rendez-vous avec la biologiste (pour le lundi 25 juin).

seringue injection fiv fecondation in vitro pmaEntre temps, le vendredi 22 juin, une infirmière est venue chez moi pour me faire la première injection de Gonal. J’étais contente de commencer les injections, je me disais que notre rêve de bébé était au bout du chemin, mais j’étais un peu stressée car il fallait absolument que je sois capable de me faire les injections seule. En effet, le lendemain, j’allais à un mariage avec une amie (mon chéri travaillait) loin de chez moi donc il fallait que j’ai le courage de me faire l’injection seule ! Et puis je trouvais trop contraignant de faire appel à une infirmière tous les jours. L’infirmière m’a rassurée et le lendemain j’ai réussi à faire mon injection seule. Pour la petite histoire, j’ai fait mon injection dans ma voiture sur le parking du domaine où on allait faire la fête le soir du mariage (lol)… Avec mon amie qui m’assistait (désinfectant…).

Je n’ai pas ressenti beaucoup d’effets secondaires avec les injections à part des douleurs aux ovaires de temps en temps, mais supportables. Lundi 25 juin, nous sommes allés au rdv avec la biologiste, qui nous a posé énormément de questions sur nos antécédents, la famille etc. Le lendemain, le mardi 26 juin, j’ai eu ma première prise de sang et ma première échographie de contrôle. Je répondais déjà très bien au traitement. L’échographe m’a même dit : « Oula mais ce n’est pas trop douloureux ? Il y a du monde là-dedans ! ». J’ai eu également un rdv avec mon médecin généraliste qui m’a arrêtée pour 2 semaines pour que je vive le protocole plus sereinement, sans stress.

Le mercredi 27 juin j’ai commencé la deuxième injection, l’Orgalutran, pour bloquer l’ovulation spontanée, tout en continuant le Gonal. Je faisais l’Orgalutran dans la cuisse comme conseillé, c’était douloureux (le moment de l’injection et après, le temps que le produit se diffuse) et cette injection me faisait des bleus. Mais bon, on est des warriors, on fait tout ce qu’il faut pour avoir notre bébé !

Le vendredi 29 juin, je suis allée à Poissy pour mon deuxième contrôle (prise de sang et échographie). J’étais prête ! Prête pour l’injection d’Ovitrelle et la ponction 36h après… J’étais excitée et effrayée… J’avais très peur de la ponction mais j’étais impatiente que ce soit fait, qu’on nous annonce le nombre d’embryons, qu’on me fasse le transfert, qu’on m’annonce une grossesse… Tout se mélangeait dans mon esprit. Je me disais, dans 2 semaines, tu apprendras peut-être que tu es enceinte ! Enfin ! Que tu attends un petit bébé, ce bébé tant désiré… Tant espéré… J’y croyais vraiment. Je me projetais enfin.

pma fiv fecondation in vitro douleur souffranceJ’ai fait mon injection d’Ovitrelle seule, le samedi 30 juin à 22h45, car Super chéri était à un EVG. Le lendemain, j’ai énormément souffert, toute la journée… J’avais le ventre très gonflé et les douleurs aux ovaires étaient intenses. Le spasfon n’y faisait rien. Nous étions chez mes beaux-parents pour fêter l’anniversaire de ma belle-mère, j’ai eu beaucoup de mal à tenir toute la journée, je n’avais qu’une envie, me coucher avec une bouillotte chaude sur le ventre… Je me suis sentie très mal toute la journée. Et je commençais à stresser pour la ponction…

La ponction, le transfert avant l’attente interminable

pma fiv espoir grossesse bebe reussite fecondation in vitroLe lendemain, lundi 2 juillet, c’était le Jour J ! Le jour de la ponction. De la rencontre entre mes ovocytes et les zozos de Super chéri. La « création » de nos embryons, de notre futur bébé… J’étais très stressée et j’avais encore très mal aux ovaires et le ventre gonflé.  Super chéri a été appelé avant moi. J’attendais la boule au ventre. Quand je suis entrée dans la salle de ponction, l’équipe écoutait du Barry White (j’adore !). La photo d’une île paradisiaque était accrochée au plafond. J’essayais de me concentrer sur cette photo mais le stress était immense. Dès le début de la ponction la douleur a pris le dessus. J’essayais de la gérer grâce à ma respiration. L’équipe était très attentive et m’encourageait, me disait que je gérais très bien. Je ne pouvais pas retenir mes larmes. Je souffrais trop. Je sentais tout… Comme si l’anesthésie n’avait eu aucun effet. J’ai trouvé le temps très long… Je ne sais pas exactement combien de temps s’est déroulé entre le moment ou j’entrais dans la salle et le moment où on m’a annoncé « superbe récolte, il y a 18 ovocytes ! ». J’étais à la limite de l’hyperstimulation d’où une ponction difficile pour moi. Puis chaque femme le vit différemment et supporte plus ou moins bien la douleur…

18 ovocytes, une très belle récolte ! Du positif. De l’espoir ! On me dit de revenir le mercredi matin pour le transfert mais l’équipe n’est pas sûre de pouvoir le faire… Il faudra vérifier l’état de mes ovaires et ma douleur… A ce moment là je suis très déçue et je m’imagine tout de suite être obligée d’attendre le mois de septembre pour le transfert… Le chemin du retour a été difficile (l’hôpital est à 65 km de chez nous). J’étais pliée en 2 de douleur. J’ai passé l’après-midi allongée, les jambes surélevées, une bouillotte sur le ventre. Je stressais pour le transfert… Le lendemain j’étais très mal aussi.

fiv pma grossesse enceinte bebeLe mercredi 4 juillet, nous sommes allés à Poissy en espérant pouvoir faire ce fameux transfert d’embryon, tant attendu. J’avais du mal à marcher car je souffrais encore de la ponction. Les nouvelles étaient bonnes : environ 13 embryons de bonne qualité, transfert prévu d’un embryon J2 « top qualité »… Après une écho pour vérifier que mes ovaires n’étaient pas trop gonflés, on m’a fait le transfert !!! C’était dans la même salle que pour la ponction, avec Barry White en fond musical, la même photo de l’île paradisiaque… Mais cette fois j’étais avec Super chéri qui me tenait la main. Et ça n’a pas été douloureux. Dans mon esprit, j’étais loin. Je ne sais pas trop comment l’expliquer. J’y croyais tellement. Je me disais ça y est notre bébé est dans mon utérus. Je vais enfin être enceinte. L’équipe nous a donné l’échographie avec cet embryon. Ce qui a rendu tout ça tellement concret, réel, vrai. Et nous a dit « bonne chance pour la suite ». Ce qui a rendu tout ça d’un coup beaucoup plus flou, ça m’a rappelé les « 30 % de chances de réussite », quelque chose comme ça… Je m’en fichais, j’y croyais ! On allait enfin avoir une bonne nouvelle. J’allais enfin voir mon ventre s’arrondir, sentir notre bébé bouger et enfin le tenir dans mes bras. C’était notre tour, enfin ! J’avais hâte de faire la prise de sang prévue le 18 juillet, veille de mon anniversaire. J’étais sûre que ça nous porterait chance ! L’attente allait être très, très longue…

 

*La FIV ICSI (Injection intra-cytoplasmique) est une technique qui consiste à injecter un spermatozoïde unique directement dans le cytoplasme de l’ovule. La fécondation est donc forcée, le spermatozoïde étant amené directement là où il doit aller.

4 réflexions au sujet de “1ère FIV ICSI, de l’ordonnance au transfert d’un embryon J2 « top qualité »”

Répondre à Oria Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.