Mon parcours

La peine d’une femme qui rêve d’être mère

Il est 4h du matin quand j’écris ces lignes sur mon téléphone. Cette nuit je n’arrive pas à dormir. Je me suis couchée tôt, j’ai voulu prendre un cachet pour m’endormir mais je n’en avais plus chez moi… J’ai dû dormir 2h pour l’instant et peut-être qu’après avoir mis des mots sur ce que je ressens je redormirai 1h ou 2…

Hier soir j’ai appris une énième grossesse. Un couple d’amis formidables que j’aime beaucoup et qui le mérite. Ils ont traversé des épreuves très difficiles et ont mis du temps pour avoir ce bébé. Ils ont fait une superbe annonce par vidéo. C’était beau et émouvant. Je suis vraiment heureuse pour eux. J’ai souri et rigolé. Si vous lisez ces lignes, croyez-moi, je suis heureuse pour vous, ne m’en voulez pas pour la suite…

Puis j’ai fondu en larmes. J’ai ressenti encore ce coup de poignard dans mon ventre. Cette douleur qui me tord le ventre et me noue la gorge. Qui me rappelle que moi, je ne peux pas faire la chose la plus naturelle qui existe : donner la vie. Qui me ramène à notre combat quotidien. Qui me rappelle que nous, nous n’aurons pas cette chance, ce bonheur d’annoncer une grossesse en surprenant nos proches. Rien que ça, ça me fait mal. La PMA nous enlève même ça. La vie nous enlève ça. Je ne pourrais même pas faire une surprise à mon chéri pour lui annoncer qu’il va être papa.

IMG_2345Est-ce qu’au moins je pourrais un jour lui annoncer ça ? Rien n’est jamais sûr avec la PMA. Après tout elle n’aide au final qu’un couple sur 2 à avoir un bébé. On ne parle pas beaucoup de l’échec et de l’abandon définitif… Je ne pourrais pas vivre sans être mère. Je n’y survivrais pas. Mais si après le long et éprouvant combat de la PMA, si après toutes nos chances on n’y arrive pas, je ne pourrais pas non plus me lancer dans un nouveau parcours du combattant comme celui de l’adoption. Que me reste-t’il alors ?

Cette nuit j’ai mal, je n’ai même plus assez de larmes. Hier soir Super chéri a essayé de me réconforter, il m’a dit qu’il m’aimait, qu’on y arriverait, il m’a pris dans ses bras. Mais même ça, ça ne me soulage pas… J’ai tellement peur. J’ai peur que la PMA me vole toute mon énergie, ma joie de vivre, mes espoirs. Que la PMA me vole ma vie… Sans jamais rien nous donner…

Je n’arrivais plus à m’arrêter de pleurer et je n’ai rien pu manger. A force de vouloir être forte j’ai peut-être trop retenu mes larmes, pas assez écouté ma douleur. Je veux être forte pour mes proches, pour mon chéri, mon futur bébé, mes Supers Pmettes… Mais après tout, nous, Pmettes on peut être fortes et fragiles à la fois. On a le droit de craquer. On a le droit d’être tristes et désespérées. On me dit souvent que je vis le combat le plus difficile pour une femme. Je veux y croire, je veux gagner ce combat.

Mais cette nuit j’ai mal. Je veux juste vider mon cœur qui est en miettes, épuiser mes larmes en espérant que ça ira mieux demain. 

Connaissez-vous la peine d’une femme

qui rêve d’être mère ?

 

16 réflexions au sujet de “La peine d’une femme qui rêve d’être mère”

  1. Moi non plus Ça ne me réconforte pas ou plus quand mon chéri me sert dans ses bras pour me dire Qu on va y arriver ! Il dit Ça, mais au fond , je ne sais pas s il le pense vraiment . Lui aussi est perdu et blessé. Je suis devenue hermétique aux annonces de grossesse , j envoie un «félicitation » de rigueur , et je ne me déplacerai pas pour aller voir la progéniture. Si les gens comprennent, tant mieux , sinon tant pis . Je me suis trop forcé, j ai trop pris sur moi …. Cette chanson est très belle … Je souhaite que tu aille mieux aujourd hui …

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ❤ je trouve que cette chanson met des mots simples pour dire ce qu'on vit… Je peux te comprendre. Je n'en suis qu'au début du parcours de PMA, je me dis que plus le temps passe, plus je connais l'attente et la déception et plus j'ai peur de mes réactions… Je suis sincèrement heureuse pour les futurs parents, ce n'est pas de la jalousie. Juste beaucoup de tristesse en pensant à tout ce qu'on subit sans garantie de réussite… C'est tellement dur. Craquer était nécessaire je pense… ça ira mieux demain… courage à toi ❤ et à toutes les Pmettes on est des battantes

      J'aime

      1. c’est clair, c’est un parcours ponctué de hauts et bas, qui n’a pas une durée determiné. tu sais quand ca commence, mais jamais quand ca finit..plein de courage

        Aimé par 1 personne

  2. Plein de courage. Tu as le droit de craquer et de ne pas sauter de joie aux annonces de grossesse. Pour la dernière annonce à laquelle j’ai été confronté j’ai beaucoup pleuré aussi et je ne me suis pas réjouie du tout, c’était l’annonce de trop.
    Sois forte, on a un dur combat à mener mais je nous souhaite de tout coeur d en sortir victorieuses avec un merveilleux petit bout

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ma belle pour ces mots d’encouragement et de soutien ❤ oh oui le combat est si dur, ce n'est pas fini, je n'en vois pas la fin pour l'instant mais je ne baisse pas les bras malgré toutes les difficultés rencontrées ❤

      J'aime

  3. Oui je le connais cette peine et j ai la même, et les même peur, les mêmes déceptions face à l absence de surprise et de naturel. Tout calculer jusqu au date de câlin. J essaye aussi d être forte, je me force à ne pas trop y penser, une vie sans enfant je ne l imagine pas et je ne la veux pas.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.