Témoignage

Témoignage : 2 femmes amoureuses qui se battent pour devenir mères

Bonjour Super A. peux-tu te présenter ? 

mariage gay pma fivAve Super Fivette! Moi c’est Anaïs mais ma mère (qui a choisi mon prénom, rappelons-le) m’appelle Naïs… Ça, c’était une info exclusive!  J’ai 30 ans tout rond et j’ai la chance d’être mariée avec ma Super Lou depuis 3 ans (elle me traite de cougard parce qu’elle n’a pas encore 27 ans…). Nous sommes ensemble depuis un peu plus de 6 ans. Un an après notre rencontre nous nous pacsions. La loi sur le mariage pour tous n’était pas encore passée mais notre projet d’enfant était déjà là et on voulait une trace juridique de notre couple. Tout est allé très vite entre nous mais 6 ans après nous sommes encore plus fusionnelles qu’au début! C’est presque flippant! 

Je suis actuellement sans emploi mais je démarre très prochainement mon CAP Pâtissier. Après avoir longtemps cherché ma voie (gendarmerie, notaire, menuiserie…), j’arrête de tourner autour du pot et je me lance! Ma chère et tendre est beaucoup plus manuelle (c’est elle qui plante les clous à la maison! lol) et travaille dans un magasin de bricolage. Mais elle est aussi multitâches (elle a installé de la fibre optique, réparé des smartphones…).

Peux-tu nous raconter ton parcours de PMA ? 

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir des enfants. J’ai toujours eu une certaine fibre avec eux (avec les chats aussi d’ailleurs… un jour ils domineront le monde, je le sens!) et c’était une évidence pour moi.

J’ai attendu mes 17 ans avant de mettre ma vie sexuelle en route et à chaque relation sérieuse (avec des hommes! Lou est ma seule et unique expérience féminine) je m’imaginais déjà enceinte. J’ai même déjà volontairement zappé une ou deux pilules (ouh la vilaine!) pour essayer d’y parvenir accidentellement… (Ouais, on repassera sur le terme « accidentellement » hein…). Mais aucune de mes relations n’était prête pour la paternité et puis ce n’était pas forcément le moment non plus : pas de travail, pas de situation stable, un penchant pour les soirées alcoolisées trop très souvent….

reve femme enceinte pma fiv couple gayEt puis Lou est apparue. Merci à mon ex pour les présentations au passage!  Elle avait tout juste 20 ans et elle n’était prête ni pour le mariage, ni pour les enfants, ni pour une relation stable. Et la magie de l’amour a opéré. En quelques mois, on a emménagé ensemble, on a prévu notre pacs et on a évoqué la maternité. Pour elle, il n’était pas question qu’elle porte un enfant (ce n’est toujours pas d’actualité, elle a peur d’avoir mal! lol). Moi ça m’arrange, c’est mon rêve! De toutes façons, elle prend toujours la pilule. On ne sait jamais, des fois qu’elle trébucherait sur un zizi sauvage… (je la taquine toujours avec ça mais je sais que c’est pour ne pas être enquiquinée par ses règles. Quand elle me voit pliée en deux chaque mois, elle n’a pas du tout envie d’arrêter de la prendre! lol).

Et nous voilà parties sur des forums (on a beaucoup appris sur un forum qui s’appelle les enfants arc-en-ciel), des groupes Facebook, internet… Il faut savoir qu’en tant qu’homosexuelles (mais c’est valable pour les femmes seules également), nous n’avons toujours pas le droit à la PMA en France. Nous sommes obligées de contourner la loi en passant les frontières. Nous habitons à 1h de la frontière espagnole donc ce pays s’est imposé à nous comme une évidence. Pour le choix de la clinique, on a pris honnêtement la plus proche, à San Seb. On a pu échanger sur internet avec un couple de femmes qui ont eu un succès du premier coup dans cette clinique, à Quiron. C’était décidé: nous partions sur la longue route des Inséminations Artificielles avec Donneur.

On a fait notre premier essai à l’été 2014. Ça faisait 2 ans qu’on était ensemble. Si cela fonctionnait, l’accouchement était prévu 1 semaine avant notre mariage : cinglées audacieuses les nanas! Nous avons découvert les piqûres journalières, les prises de sang, les échographies transvaginales, la prise d’hormones (tu sais, celle qui rend complètement zinzin!)… Quand on a recours à la PMA à l’étranger, on ne fait que l’insémination là-bas. Tout le reste du traitement se fait en France. Il a fallu trouver les bons praticiens, ceux qui ne nous jugent pas, ceux qui nous soutiennent même. Ce premier essai fût un échec. Mais on est assez vite passées outre. Notre mariage était en préparation et heureusement. Ça nous a bien occupé l’esprit.

money-2724241_640Pendant l’été 2017, nous avons fait deux tentatives sur deux cycles consécutifs. Nous n’avions pas pu faire d’autres essais plus tôt, faute de moyens. Chaque essai nous coûte environ 2 000 € (tout compris). Le deuxième échec a été extrêmement dur à vivre et le 3ème… n’en parlons pas! Nous avons senti notre couple en difficulté à ce moment-là et on a décidé de mettre en pause nos essais bébé pour se retrouver nous. Il était impensable de mettre notre couple en péril. La prise de traitement et la difficulté psychologique nous ont un peu embarquées dans un tourbillon néfaste. Sans compter l’annonce de la grossesse de ma sœur au même moment que notre échec…

Cet été, en 2018 donc, nous avons fait notre 4ème IAD avec nos dernières économies. Un nouvel échec. D’autant plus difficile que quelques mois plus tôt, ma petite sœur donnait naissance à mon adorable nièce. Ça a été vraiment très compliqué de faire la part des choses.

pma-fiv-fecondationinvitro-hope-espoirNous sommes actuellement sans moyen financier donc il nous est impossible de retourner en Espagne. Pour être tout à fait honnête, nous commençons à nous tourner vers ce qu’on appelle une insémination artisanale. Un donneur nous donne (c’est le principe!) son petit pot et nous, on en fait ce qu’on veut (je ne te fais pas un dessin mais grosso merdo on joue au docteur quoi…). Un très bon ami nous a récemment fait l’incroyable surprise de nous dire que ça faisait plus d’un an qu’il y réfléchissait et qu’il avait pris sa décision : si nous le voulions, il nous donnerait les petits pots dont nous avons besoin. Nous n’en avons pas encore reparlé mais cette nouvelle a eu un effet magique! Déjà, c’est une incroyable déclaration d’amour je trouve ! Ensuite, il a rallumé cette petite lueur d’espoir qu’on perdait petit à petit et rien que ça, c’est énorme!

La prochaine étape, c’est un rendez-vous chez le gynécologue pour faire quelques examens. Pour lui, ce n’est pas normal qu’on n’ait pas encore eu de résultat et mes douleurs mensuelles ne sont pas normales non plus. Si l’on doit retourner en Espagne, ce sera pour une FIV (à condition de réunir les 5 000€ nécessaires…).

 

La PMA pour toutes est un sujet d’actualité. Vous sentez-vous soutenues par votre entourage dans votre démarche ? Subissez-vous des critiques et des jugements ? 

femmes amoureuses couple gay lesbiennesDe mon côté, j’ai un soutien sans faille de ma famille. Ma sœur est à chaque fois révoltée par les inégalités que nous rencontrons et je crois qu’elle est presque plus impactée que nous par nos échecs. Ma mère me dit très souvent qu’elle veut nous financer nos essais parce qu’elle en connaît le coût et elle sait que c’est notre frein principal. C’est vraiment essentiel ce soutien, on en a besoin ! Du côté de Lou, nous avons également le soutien de sa mère (qui est un peu maladroite par moment je trouve mais qui est bienveillante sans aucun doute) et de sa grand-mère (nos familles sont assez… petites! lol). Nous avons beaucoup de chance, c’est vrai. Notre homosexualité n’a jamais été un souci et nous l’avons toujours exposée fièrement.

Bon, nos voisins ne sont pas des bisounours et on a eu aussi affaire à des gens moins tolérants. Les professionnels déjà. Des gynécologues ont refusé de nous suivre. On a jamais caché notre parcours et on a toujours préféré avoir affaire à quelqu’un qui nous soutient plutôt que quelqu’un qui veut juste son chèque à la fin de la consultation!

On a eu aussi les regards pas très très aimables des laborantines quand on devait justifier du fait qu’on avait pas de prise en charge complète pour les prises de sang. Et puis on a eu les gens qu’on ne connaissait pas spécialement plus que ça. Ceux qui vous disent, avec un aplomb époustouflant, que si ça ne marche pas c’est parce que c’est contre-nature, ou qu’on a qu’à aller « se faire tirer par là »….. Je vous passe les suggestions douteuses auxquelles on a eu droit hein…

 

Quels conseils voudrais-tu donner aux Pmettes ?

A toutes celles qui entrent sur ce chemin, ne faites pas passer votre couple après votre parcours. Sur le moment vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais c’est votre couple qui va vous porter à la conception de cet enfant. Il faut des fois savoir mettre son projet en stand-by pour se retrouver. Se retrouver soi-même (nous ne sommes pas qu’un réceptacle à hormones) et retrouver son/sa conjoint(e) aussi.

Je pense que tout ce qui peut nous faire du bien doit être fait. Si vous sentez que vous avez besoin de faire du yoga : faites du yoga. Vous voulez faire de la sophrologie : faites de la sophrologie. Vous voulez une licorne: dites moi ou il y en a et adoptez une licorne! Bref, faites ce que vous voulez. Le principal est de se sentir bien dans sa tête et en osmose avec son corps.

N’oubliez jamais que vous êtes toutes des femmes formidables. Ne vous comparez pas à votre sœur, votre voisine ou votre collègue. La valeur des choses se mesure à l’importance qu’on leur donne. Entourez-vous des personnes qui vous font du bien et éloignez-vous des autres. Vous n’avez pas à vous justifier. Pour être dans ce combat, c’est que vous êtes des guerrières. Et puis, cet enfant, on pourra l’appeler Espoir, Désiré, Victoire! 

Merci Super A. pour ton témoignage plein d’humour et de sincérité ! Je vous souhaite à toi et Super L. d’avoir bientôt une heureuse nouvelle et de connaître le bonheur d’être mamans ❤ Garde ton sourire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.