Mon parcours

La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais elle est belle

la vie est belle la vie est dureLa vie est belle. La vie est dure. Rien de plus vrai. Je l’ai toujours su mais aujourd’hui j’en prends conscience plus que jamais, je le ressens au plus profond de mon être. Je dois bien le reconnaître, la PMA est jusqu’à maintenant l’épreuve la plus difficile que j’ai eu à traverser. Du haut de mes 28 ans, je me considère chanceuse, j’ai une belle vie, je suis bien entourée, aimée, j’ai le bonheur d’avoir à mes côtés mes parents formidables, ma sœur, ma moitié depuis 10 ans, une petite famille mais que j’aime de tout mon cœur, des ami(e)s en or qui m’apportent beaucoup… Je suis en bonne santé. J’ai un boulot stable et notre petit cocon. Mon cercle est précieux. J’y tiens plus que tout. Je suis reconnaissante pour tout ça.

Mais certaines personnes nous ont quittés beaucoup trop tôt et manquent à nos vies. Et d’autres vivent encore mais ne sont plus vraiment là. On a tous quelqu’un qui nous manque. Ce genre de blessure est éternelle même si on vit avec. Le manque reste, demeure là, au fond de nos cœurs, certains vides ne se comblent jamais. L’idée même que mes parents aient traversé ces pertes terribles (ma maman et ma tata ont perdu leur maman jeune et mon papa et ma tata ont perdu leur papa jeune) me fera toujours souffrir. Je n’ose imaginer vivre ça. Mes larmes coulent rien que de penser à leur souffrance, mon cœur se sert, ça me brise le cœur. J’ai mal pour moi mais surtout pour eux. C’est la première chose que j’ai trouvé injuste, dès l’enfance : pourquoi mes parents ont vécu ça ? Pourquoi ma sœur et moi nous n’avons plus tous nos grands-parents ? Ma sœur n’a même pas connu ma grand-mère maternelle et mon grand-père paternel. C’est tellement injuste. Et moi malgré tout mon amour, je n’ai pas de souvenirs avec eux. Et j’ai toujours vécu avec la peur de perdre mes parents trop tôt. Aujourd’hui je ne souhaite qu’une chose : qu’ils vivent le plus longtemps possible et que mes enfants profitent au maximum d’eux. Je sais qu’ils seront des grands-parents formidables. Les parents merveilleux font des grands-parents merveilleux.

Donc oui la vie est dure. Elle est injuste. Mais aussi si belle, précieuse. Il y a des caresses et des gifles. On n’a pas d’autre choix que de l’accepter. Chacun traverse des épreuves plus ou moins difficiles, inhumaines, inconcevables… Des douleurs dont on ne guérit jamais. Des épreuves, des drames qui nous changent à jamais. Mais chacun a le choix de continuer le chemin de la vie en profitant pleinement de chaque belle chose, chaque beau moment, en gardant l’espoir, le sourire, la foi, l’envie. Chacun choisit de se relever après être tombé. De relativiser. D’avancer encore et toujours. Ce n’est pas toujours facile, on perd parfois notre optimisme mais l’important est de toujours tenter de le retrouver, de profiter de chaque instant. Car tout peut s’arrêter à tout moment, brutalement, sans prévenir.

super fivette pma rassuree espoirJe suis une Fivette, j’ai 28 ans, je souffre au quotidien à cause de la PMA mais je reste une femme qui aime la vie, profite de la vie, garde le sourire et fais des projets. Au milieu des larmes, des déceptions, du manque, ma vie est belle malgré tout. Je ne cesserai jamais d’en profiter et de me sentir chanceuse. Je refuse de sombrer dans la dépression, de me noyer dans mon chagrin, de m’enfermer dans la solitude. Chaque fois que je tomberai, je me relèverai même si c’est difficile. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Je sais que je n’en suis qu’au début du parcours de PMA (6 mois, 1 FIV négative et 1 TEC annulé) et que je n’ai pas vécu le quart des épreuves de certaines Pmettes… Je ne peux pas me mettre à la place de chacune et je ne juge personne. Mais ce que je peux dire c’est que je souhaite à toutes les Pmettes d’être heureuses et de devenir mamans. Nous devons vivre pleinement, profiter de chaque instant malgré la PMA, ne jamais mettre notre vie entre parenthèses. Car la vie ne nous attend pas, le temps file à toute vitesse.

6 réflexions au sujet de “La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais elle est belle”

  1. Très bel article.
    Tu as complètement raison, la vie est à la fois belle et à la fois dure. Je pensais avoir eu mon « quota » de difficulté en perdant ma maman il y a 2 ans alors que j’étais âgée de 26 ans. Et aujourd’hui la PMA arrive dans ma vie et celle de mon chéri, on traversera cette épreuve comme on l’a fait avant pour en ressortir plus fort et espérons le à la clé réaliser notre rêve d’être parent

    Aimé par 1 personne

    1. Vraiment navrée pour toi ma belle… que tu aies à traverser autant d’épreuves… 😦 je te souhaite de vite devenir maman et je pense que ta maman veille sur toi et te donnera de la force et du courage de là-haut pour surmonter cette épreuve difficile ❤

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.