Mon parcours

Le tourbillon de la PMA qu’on ne peut pas oublier

coeur brise pansement pma couple fivParfois je repense à toutes ces fois où j’ai pleuré dans le noir, le cœur brisé, à me dire que peut-être je ne serais jamais enceinte, jamais maman. Que je m’infligeais tout ça peut-être pour rien. Mes yeux, mes joues, mon cou et mon oreiller inondés de larmes. Et ce vide en moi. Dans ces moments là, la douleur et la tristesse prennent toute la place, le cœur est lourd puis d’un coup on ne ressent plus rien à part l’envie de disparaître…

 

pma fiv pas humain pas empathieJe me souviens de ces moments où la terre s’est comme dérobée sous mes pieds, mon monde s’est écroulé… Quand j’ai découvert les résultats négatifs du test de Hüner lors d’un déplacement professionnel, lors des résultats du spermogramme, du diagnostic et des mots « infertilité », « PMA »… D’abord le diagnostic IAC -léger « soulagement », au moins ce sera pas une FIV-… La douche froide quand j’ai commencé à appeler les centres de PMA et qu’on m’annonçait des délais de plusieurs mois pour un 1er rdv… Le report de notre 1er rdv à Poissy juste avant notre séjour à Londres puis un nouvel espoir en quelques jours à Antony, dans une clinique privée.

 

super fivette combat pma mental reussite determination perseveranceFinalement insémination impossible, les résultats du spermogramme ne le permettent pas, ce sera une FIV -l’annonce glaciale par email et au revoir Madame allez voir un tel on ne le fait pas ici-… L’inconnu, l’incertitude, la peur, l’injustice… « Pourquoi nous ? ». Puis le 1er rdv à Poissy, très positif, excellent feeling avec la gynéco. Des examens complémentaires surtout pour Chéri, puis le second rdv, l’explication du protocole, l’ordonnance en main, le traitement à la maison, les injections rangées dans le frigo… L’impatience, l’excitation avant de commencer. Vite remplacée par la peur et l’envie de tout reporter. Mais j’ai pris mon courage à deux mains. J’ai retrouvé la force et l’espoir.

 

super fivette pma motivation reussiteJe me souviens de ce 1er traitement, c’était pas « si dur », je me pique seule, les effets secondaires, de prime abord, ne sont pas si compliqués… On doit faire des caryotypes en urgence, la commission a traité notre dossier avec énormément de retard… Hésitation entre FIV classique et ICSI… On verra lors de la récolte le Jour J ! 1ère injection seule faite dans ma voiture sur un parking lors d’un mariage… Je réagis vite et bien au traitement, attention risque d’hyperstimulation. Le lendemain de l’injection d’ovitrelle mon ventre est au bord de l’explosion, on pourrait croire que je suis enceinte mais non simplement en fin de stimulation… Je douille toute la journée, la douleur grandit mais je dois faire face, impossible de m’allonger, de me reposer, car repas en famille. J’essaie de garder le sourire.

 

pma fiv fivette stress tristeVient ensuite l’horreur de la ponction. Barry White en fond sonore. Poster d’une Île paradisiaque au plafond, que je fixe. Piqûres aux ovaires pour m’anesthésier… Super douloureux… Je sens chaque aspiration. Comme des coups de poignard dans l’utérus. Mais où est l’anesthésie locale ? Je souffre trop. Mes larmes coulent sans retenue et j’essaie de gérer la douleur par la respiration. ça dure une éternité. C’est pas possible je n’ai pas eu d’anesthésie… Pourquoi on m’impose ça ? J’aurais préféré une anesthésie générale et de loin ! Mais pas eu le choix…

 

chance espoir pmaJe suis à la limite de l’hyperstimulation. 18 ovocytes ponctionnés, belle récolte! Je dois revenir dans 2 jours mais aucune garantie qu’il y aura un transfert d’embryon frais. J’ai du mal à marcher à cause de la douleur. Le trajet du retour (65km) est affreux. Je passe l’après-midi et le lendemain allongée sur le canapé les jambes relevées. Le spasfon ne me soulage pas… Le surlendemain, on va au centre de PMA en espérant avoir un transfert. La chef de service nous reçoit et fait l’éloge de nos embryons. On vérifie mes ovaires et on me transfère un J2 « top qualité ». Même salle, même musique, même poster mais cette fois Super chéri me tient la main et on m’implante notre futur bébé ! Je ne retiens pas quelques larmes d’émotion.

 

crainte peur echecEnfin, c’est ce que je croyais… Après l’attente, test de grossesse puis prise de sang négatives. 2 jours avant mes 28 ans. Je tombe mais je dois vite me relever et m’accrocher aux 2 embryons congelés qu’il nous reste. De toutes façons, ça marche rarement du premier coup. Je pleure en silence, j’essaie d’enfouir ma douleur. Je dois être forte, je dois me battre pour qu’on puisse fonder notre famille. Je fais du sport, on fête les 30 ans de mon chéri, on part en vacances…

 

traitement transfert fiv effets secondaires pmaSur mon cycle de septembre, je commence mon traitement pour le TEC 1, très optimiste, reboostée, pleine d’espoir ! Je suis hésitante lors de la 1ère injection de Gonal mais ça revient vite. Premier contrôle, on me dit que je réagis plutôt bien même si l’endomètre est un peu fin. Je repars avec les consignes pour la suite et la date de transfert. Super, cette fois, c’est peut-être la bonne ! Ce serait un bébé de juin… Le bonheur arrive à grands pas. Mais en début d’après-midi, je reçois un appel de la PMA. On me dit d’arrêter le protocole, on annule le transfert car mon endomètre est vraiment trop fin. On court à l’échec. On préfère ne pas « gâcher » un super embryon. Grosse claque. Je tombe de haut une fois de plus… C’est la meilleure décision à prendre mais c’est dur. Je le vis comme un 2ème échec. Est-ce que la roue va tourner ? Quand ?

 

IMG_2345Sur mon cycle d’octobre, nouveau protocole pour le TEC 1 bis. Pas d’injection cette fois. Provamès et torental. Les effets secondaires sont horribles : fatigue intense, vertiges, chutes de tension, etc. Je vis très mal ce protocole. C’est mon 3ème traitement en 5 mois. C’est peut-être trop. Moi qui craignais plus les injections… Je vais mal physiquement et moralement. J’ai peur d’une nouvelle annulation de transfert, d’un nouvel échec. Je craque complètement peu avant la date de transfert. Mes nerfs lâchent et je suis arrêtée… Besoin de repos.

 

fiv pma fecondation in vitro echecLe transfert de notre Super J5 a lieu le 29 octobre. Dès que c’est fait je retrouve énormément d’espoir. J’y crois, cette fois c’est la bonne. On part un week-end en amoureux en Normandie pour changer d’air. A notre retour, je sens que c’est bon et je veux vérifier… Tête de mule. Je fais 3 tests de grossesse précoces. Une légère barre apparaît ! Chéri et moi on veut y croire mais on ne doit pas s’emballer… Le test digital clearblue tue nos espoirs. « Pas enceinte » puis pds négative. Nouvel échec. Dame Nature 3 – Nous 0.

 

img_2343C’est trop pour moi. Moralement, émotionnellement, physiquement. J’ai l’impression de sombrer, de ne plus avoir d’espoir, je ne vois pas le bout du tunnel. Et les grossesses et accouchements ne cessent pas autour de moi. Ce qui éveille toujours des sentiments contradictoires chez une Pmette… Je suis à la limite de la dépression. Je ne trouve aucune empathie ni aucun réconfort auprès de ma gynéco, « 2 échecs et 1 annulation c’est rien », « certains couples n’ont jamais d’enfant même avec la PMA »… Des mots durs et aucune intention de changer de protocole ou de faire des examens complémentaires. Besoin d’une vraie pause avant le TEC 2 et de changer de centre de PMA si nouvel échec… La décision est prise. Le TEC 2 sera notre dernière tentative à Poissy et si on doit passer à la FIV 2 on ira à Saint-Cloud.

 

IMG_20180808_102135_623En janvier 2019, je vais mieux moralement et physiquement. La pause de 2 cycles a été bénéfique. On se lance pour le TEC 2. Presque personne n’est au courant cette fois, on veut se protéger. Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste, je veux y croire mais je me raccroche au futur changement de centre de PMA si on connaît un nouvel échec. Cela fait maintenant 2 ans qu’on essaie de faire un bébé. Pour moi c’est déjà une éternité. Je sais, certains couples commencent à peine le parcours PMA à ce stade… Nous, ça fait déjà un an qu’on est lancés dans le parcours.

 

pma enceinte grossesse espoir amour bonheurLe traitement est moins pénible qu’en octobre malgré des effets indésirables (nausées, fatigue…) persistants. La semaine de contrôle est folklorique. Mais finalement mon endomètre atteint 10 mm, c’est top ! Et mon cycle n’est pas bloqué, j’ai deux beaux follicules. Le transfert de notre dernier J5 a lieu le 31 janvier. L’espoir est là au fond de mon cœurMais une semaine après, des pertes brunes et des douleurs de règles me ramènent à la réalité et je n’y crois plus. Je fais une prise de sang lundi 11 février. Et là… Surprise, c’est positif, taux à 503 ! Un taux qui évolue très bien. Une autre surprise lors de l’écho de datation : on entend 2 cœurs battre ! Une 2ème écho, tout va bien. Puis l’écho T1 le 9 avril. Tout va bien, merci la vie, merci la PMA. Bonheur, magie, amour. J’espère que ce bonheur immense va continuer.

 

parcours combattant pmaJe sais que notre parcours de PMA est relativement « court » par rapport à d’autres couples. Que je n’ai pas connu de fausse couche, d’interruption médicale de grossesse, la perte d’un bébé avant ou après l’accouchement… Qu’on n’a connu « que » deux échecs et une annulation, « que » deux ans d’attente, d’espoir et de désespoir pour une grossesse gémellaire. Pour moi c’est déjà trop… Il paraît que la souffrance ne se mesure pas, ne se compare pas… Mais j’ai conscience que dans notre malheur, nous avons beaucoup de chance. L’année 2018 a été éprouvante et l’année 2019 nous réserve le meilleur, en tous cas, je l’espère.

 

guerriere pma transfert embryon congele fivJe n’oublie rien de l’attente, de la tristesse, de l’incertitude que l’on vit quand on connaît l’infertilité, la PMA. Je serai toujours une Pmette, la PMA a laissé une blessure profonde en moi. Encore aujourd’hui, même si je suis plutôt sereine depuis le début de ma grossesse (étonnement), je garde en moi une part d’inquiétude qui ressurgit parfois, surtout la veille et le jour d’un rdv… Car je sais tout ce qui peut arriver, tous les drames qui existent malheureusement. Je suis heureuse et rassurée que mes bébés aillent bien jusqu’à présent mais la véritable délivrance, ce sera le jour où ils seront dans nos bras ! Et ça, quand on vit la PMA, on le sait, on le comprend.

 

amour soutien fiv pmaJe n’oublie rien du soutien de mes proches. Leur présence, leurs mots de réconfort et d’encouragement. C’est grâce à eux que j’ai pu me relever à chaque fois que j’allais mal.  Sans eux je n’aurais pas eu la force. Mon chéri, mes parents, ma sœur, ma famille, mes ami(e)s et supers collègues, mes copines Pmettes… Du fond du cœur, merci ! Un soutien quotidien depuis le tout début du parcours. Un soutien qui n’a pas de prix. 

 

don-d-ovocytesJ’ai toujours partagé le bonheur des Pmettes qui découvrent leur grossesse, qui accouchent, deviennent maman… Cela m’a toujours donné de l’espoir. Même si sur le coup, on se dit toujours « A quand mon tour ? » ce qui est humain. Et je partage aussi toujours la déception et la tristesse des Pmettes qui connaissent un échec (premier ou énième), une fausse couche, un drame… Qui sont plongées dans le désespoir. Cela me touche sincèrement. Parfois même à en pleurer. Je me suis tellement attachée à certaines Pmettes…  Tout ce que je souhaite c’est que chaque Pmette devienne maman et connaisse la fin du combat, de la souffrance et de l’attente ❤

2 réflexions au sujet de “Le tourbillon de la PMA qu’on ne peut pas oublier”

  1. Je ne pense pas qu’on puisse oublier, qu’importe la finalité. Une grossesse d’une PMette ne sera jamais aussi sereine et innocente qu’une grossesse « spontanée ». Le coeur se serrera toujours quand une proche annoncera sa grossesse après quelques semaines d’essais. C’est ainsi. C’est ce qui fait de nous des battantes et mine de rien, les épreuves permettent de se renforcer plus qu’on ne le croit. De mon côté, ayant eu un parcours particulièrement chaotique, je n’oublierai jamais et je pleure encore souvent… Mais quelque part, je me dis qu’ayant survécu physiquement et psychologiquement à des évènements aussi difficiles, et bien je peux maintenant survivre à tout (ou presque!)!
    Profite bien de ta grossesse

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as raison je pense qu’on n’oubliera jamais. Ce parcours marque la tête, le corps et le coeur. Ce fut jusqu’à présent la plus difficile épreuve à surmonter pour moi. C’est vrai, je pense que ça m’a renforcée quelque part…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.